Infiltration sous scopie | Rhizothomie facettaire par thermolésion Infiltration sous scopie | Rhizothomie facettaire par thermolésion

Rhizothomie facettaire par thermolésion

Cette procédure est aussi désignée sous le nom de thermocoagulation, thermolésion des rameaux postérieurs ou dénervation facettaire percutanée.

Ce traitement consiste à dénerver l’articulation facettaire, c’est-à-dire à « brûler » le nerf (branche postérieure médiane) innervant l’articulation vertébrale postérieure.

Indications

L’articulation facettaire peut être à l’origine de douleurs à tous les niveaux de la colonne vertébrale. Les patients ayant eu une réponse favorable aux tests de bloc de branche médiane peuvent éventuellement bénéficier d’une rhizotomie facettaire.

Les résultats

Les résultats sont habituellement satisfaisants lorsque les patients ont été bien sélectionnés par les tests de bloc de branche médiane. Le soulagement peut être permanent, mais il est le plus souvent temporaire. En effet, la branche médiane postérieure peut repousser après un certain temps. Une deuxième rhizotomie peut alors être effectuée si jugée pertinente.

La procédure

Le médecin identifie la localisation de la branche médiane postérieure par la fluoroscopie (radiographie). Après désinfection de la peau et anesthésie de celle-ci au besoin, il s’assure de la bonne position du trocart sur le nerf (branche médiane postérieure). Des stimulations électriques sont effectuées avec un courant de faible intensité pour déterminer si l’emplacement du trocart est adéquat. Si tel n’est pas le cas, l’aiguille est replacée et la stimulation à faible intensité est reprise jusqu’à l’obtention d’un positionnement adéquat.

La technique se poursuit en effectuant une anesthésie profonde. Un courant de plus forte intensité est ensuite appliqué, ce qui a pour effet de chauffer l’extrémité du trocart et de « brûler » le nerf. Cette partie du traitement est habituellement indolore, compte tenu que le patient est sous anesthésie locale. La procédure peut être appliquée à plusieurs niveaux. Après le traitement, le patient retourne dans une salle de repos pour environ 20 minutes.

Effets secondaires

Après la procédure, le patient peut ressentir des engourdissements ou une faiblesse d’un membre. Ceci découle de l’anesthésie effectuée pendant la procédure. Les symptômes peuvent durer de plusieurs minutes à quelques heures et sont temporaires.

Complications

Les complications sont essentiellement reliées à l’injection, à l’anatomie concernée et aux substances injectées. L’utilisation de radiographie pour confirmer le trajet du trocart pendant la procédure procure une grande sécurité à la technique. Les stimulations électriques de faible intensité administrées avant le traitement permettent également d’éviter les complications. Les risques de complications telles infection ou hémorragie sont les mêmes que pour toute autre infiltration. Elles sont exceptionnelles.

Précautions

Les anticoagulants et le Plavix doivent être cessés avant la procédure. L’autorisation d’arrêter temporairement la médication doit être obtenue par le patient auprès du médecin qui l’a prescrite. La grossesse est une contre-indication aux infiltrations sous fluoroscopie. Toute allergie médicamenteuse ou aux produits de contraste doit être signalée au médecin. Il est important de noter que la technique de rhizotomie ne peut être effectuée chez les patients porteurs de pacemaker.