Infiltration sous scopie | Thermoplastie annulaire intradiscale (IDET)

Thermoplastie annulaire intradiscale (IDET)

La thermoplastie annulaire est un traitement qui consiste à chauffer le collagène de l’anneau postérieur d’un disque intervertébral pour causer une réaction cicatricielle et empêcher les nerfs de transmettre la douleur.

Indications

Ce traitement est effectué lorsqu’il a été confirmé, par provocation discale avec manométrie (mesure de pression) réalisée au préalable, que la douleur du patient provient d’un ou de deux disques intervertébraux. Le patient doit répondre à des critères spécifiques pour bénéficier de ce traitement.

Les résultats

Selon les résultats publiés dans la littérature et ceux que nous avons compilés chez les patients que nous avons traités par cette technique, la douleur est diminuée de façon significative chez deux tiers d’entre eux. Un tiers des patients ne ressentiront pas d’amélioration. Chez un patient sur cinq ou six, la douleur diminuera de façon substantielle à 0 ou 1/10. L’amélioration peut prendre jusqu’à trois ou quatre mois avant de se manifester.

La procédure

La procédure est réalisée sous contrôle fluoroscopique. Le patient est couché sur le ventre et, après désinfection habituelle de la peau, une anesthésie locale est pratiquée. Deux méthodes de thermoplastie annulaire peuvent être utilisées :

  1. IDET : (Intradiscal Electrothermal therapy)
    Le médecin introduit un cathéter navigable à l’intérieur du disque intervertébral. Après avoir vérifié que l’emplacement est adéquat, le cathéter navigable, qui est thermosensible, est chauffé à près de 65º C; la température est augmentée de 1º toutes les 30 secondes jusqu’à 90º C. Cette température est maintenue pendant 4 minutes. Au total, le cathéter est chauffé pendant une période d’environ 18 minutes.
  2. TRANSDISCALE :
    Le médecin place deux électrodes bipolaires dans l’espace intradiscal de chaque côté du disque. Un courant électrique élève la température à 45°C, puis elle est augmentée de 2° C à chaque minute pendant une période totale de 15 minutes. Un système de refroidissement permet de rendre la procédure moins douloureuse.

Généralement, la thermoplastie annulaire est effectuée sur un seul disque, mais il est possible de procéder sur deux disques selon les résultats de la provocation discale.

À la fin de la procédure, un antibiotique et un anesthésique sont injectés dans le disque. Après une période d’observation d’environ 30 minutes, le patient peut quitter.

Dans les six semaines suivant la procédure, le patient doit constamment porter un corset au niveau du rachis lombaire, sauf lorsqu’il est couché. Il doit également éviter toute activité qui augmente la pression discale, telle une position assise prolongée ou le soulèvement de charges de plus de 5 kilos. Après six semaines, le sevrage du corset est amorcé et un programme d’exercices spécifiques doit être entrepris.

Effets secondaires

Durant la procédure, le patient peut ressentir une douleur lombaire. Il peut même y avoir augmentation de la symptomatologie durant les premières semaines suivant le traitement. Généralement, le port du corset et la prise d’analgésiques permettent de contrôler la douleur.

Complications

Il y a peu de complications publiées dans la littérature et nous n’avons eu aucune complication significative chez nos patients qui ont subi une thermoplastie annulaire. Il y a un risque d’infection intradiscale, mais ce risque est fortement réduit par l’injection d’un antibiotique intradiscal à la fin de la procédure. L’anneau du disque étant potentiellement plus faible dans les semaines suivant la procédure, le port du corset et le fait d’éviter toute activité augmentant la pression intradiscale diminuent le risque de développer une hernie discale.

Précautions

Les anticoagulants et le Plavix doivent être cessés avant la procédure. L’autorisation d’arrêter temporairement la médication doit être obtenue par le patient auprès du médecin qui l’a prescrite. La grossesse est une contre-indication à la thermoplastie annulaire. Le respect du port du corset dans les six semaines suivant le traitement et le respect des restrictions émises doivent être très bien compris par le patient.